Bain ecologique
Salle de bain

Comment créer une salle de bain écologique ?

Plusieurs aspects sont à prendre en compte pour la réalisation d’une salle de bain éco-responsable. De la nature des matériaux, à la consommation d’eau en passant par la performance des équipements, voici comment confectionner sa salle d’eau écologique.

Privilégier les matériaux naturels et biosourcés

Tous les matériaux ne sont pas égaux en matière d’impact environnemental. Pour une salle de bain éco-responsable, il convient de privilégier les matériaux issus d’exploitations locales et peu transformés. Réduire la distance entre les lieux d’extraction, de production, et de mise en œuvre contribuent à limiter la part du transport imputable à l’empreinte carbone du matériau. Le traitement appliqué joue également sur son bilan global. Les produits les moins transformés ont toutes les chances d’afficher un niveau d’émission réduit pendant et après le traitement.

Ces émissions potentiellement nocives pour les individus, sont des composés organiques volatils (COV) libérés tout au long du cycle de vie du matériau, avec des taux particulièrement importants en début de cycle. Les produits plastiques ou les panneaux de bois agglomérés affichent des niveaux d’émissions plus importants que les matériaux bruts et peu traités. Aussi, pour une porte d’intérieur en bois dans votre salle de bain, préférez des produits étiquetés « A + », soit la classe de produits les moins émissifs sur le marché.

Plus généralement, les matériaux biosourcés, comme le bois, et géo-sourcés, comme la terre crue, en plus de leur intérêt écologique, présentent des avantages en termes de style et d’efficacité. Ils se marient naturellement à la plupart des atmosphères en revêtement de douche, sur les parois et le mobilier. De plus, certains possèdent des propriétés hygrothermiques favorisant une meilleure gestion de la vapeur d’eau dans la pièce.

Encourager la réduction des consommations en eau

Une fois le décor en place, il reste à favoriser les bons gestes lorsque la salle de bain est utilisée.

Les robinets

Placer des mousseurs sur les robinets est une initiative économique à l’achat et à l’usage. Ces petits accessoires bon marché réduisent le débit sur chaque robinet. Autre bonne pratique applicable à l’installation d’une nouvelle robinetterie : préférer les mitigeurs aux mélangeurs. Le second nécessitant généralement plus de temps pour ajuster l’eau à la bonne température, ce sont autant de précieuses secondes de débit perdues à chaque utilisation.

La douche

Ces astuces s’appliquent aussi à la douche, avec la possibilité d’opter pour des accessoires spécialement conçus pour consommer moins sans perdre en confort. Les pommeaux de douche écologiques se multiplient sur le marché et offrent des agréments complémentaires comme avec les modèles anticalcaire ou anti-chlore.

La chasse d’eau

Les toilettes, qu’elles soient situées ou non dans la salle de bain, peuvent constituer une source importante de gaspillage en eau. Tout d’abord, attention aux fuites et au remplissage infini du réservoir, qui doivent être traités le plus rapidement possible. Sur des WC en parfait état de fonctionnement, il est possible d’ajouter des accessoires comme les sacs à eau, les plaquettes éco WC ou les systèmes stop-eau qui permettent de réduire la quantité d’eau mobilisée à chaque chasse et remplissage du réservoir.

Sur ces trois postes, veillez également à utiliser des produits sélectionnés parmi les moins nocifs que ce soit pour l’entretien ou pour l’hygiène.

Installer des équipements performants dans sa salle de bain

Les fabricants ont fait des progrès considérables en matière d’équipement de chauffage et d’électroménager.

Les sèches-serviettes, souvent l’unique alternative dans les salles d’eau de surface restreinte, affiche désormais des performances intéressantes. Pour plus de confort, certains modèles associent le rayonnement à la convection en proposant une bouche de soufflage d’air chaud permettant de réchauffer rapidement la pièce avant utilisation.

Dans les salles de bain plus vastes et si les coûts de sécurité sont réunis, les occupants peuvent installer un lave-linge ou un sèche-linge. Et, là aussi, il est possible d’associer performance, économie et durabilité en se référant à l’étiquetage et en sélectionnant des équipements peu énergivores et dotés d’un indice de réparabilité élevé.